Nous ne voulons pas être qu’en terrasse

Aujourd’hui, nous ne voulons pas être en terrasse, ni dans une salle de spectacle, ni dans un stade et encore moins dans les magasins. Non, aujourd’hui, nous souhaitons être dans la rue, manifester, avoir des idées à propos du climat, faire de la politique et exercer notre droit d’être citoyen. Nous voulons jouir de cette liberté qui a été bafouée le 13 novembre, et qu’on nous interdit au nom de ce même 13 novembre. Après que les manifestations liées à la COP21 aient été interdites (1), puis violemment réprimée à Paris (2), certains militants sont assignés à résidence comme peuvent l’être des terroristes (3).


RoboCOP21

Alors que nous avons besoin de plus de démocratie, de plus d’égalité, de plus d’idées pour faire évoluer nos sociétés, le gouvernement fait l’inverse et stigmatise les opposants.

Est-ce possible que nos gouvernants n’aient rien compris au phénomène Daesh au point de traiter des citoyens responsables comme des terroristes en puissance ? Bien sûr que non. Toutes les opportunités et toutes les émotions sont bonnes à prendre pour lutter en toute impunité contre celles et ceux qui posent les bonnes questions ; ces ennemis intérieurs, les plus à même de mettre en évidence l’hypocrisie de la conscience écologique et sociale de l’oligarchie (4) (5).

Le gouvernement lance des appels affectés à célébrer les valeurs d’un pays dont la devise est « liberté, égalité, fraternité ». Beaucoup de citoyens parlent de résistance, affirment qu’ils n’ont pas peur. Les médias parlent d’une France debout et fière. Comme s’il suffisait de s’en remettre au drapeau bleu-blanc-rouge pour que les intérêts de toutes et tous, ici et ailleurs, aujourd’hui et demain, soient pris en compte. Et bien, nous ne sommes pas d’accord. Ça ne suffit pas. Cette unité soi-disant retrouvée est un faux semblant, et s’apparente à un cheval de Troie, car au final, l’état d’urgence appliqué ainsi fait reculer nos droits à toutes et tous… et nous empêche de faire ce que nous devrions faire : de la politique ! (6)

Aujourd’hui, il ne s’agit plus seulement d’être en terrasse, il s’agit d’avoir des idées et de pouvoir les exprimer pacifiquement dans la rue. La démocratie ne doit pas être réservée qu’à une pseudo-élite dans les salons feutrés de la COP21. Nous en sommes les acteurs légitimes. La démocratie doit se jouer partout, dans les commissions, dans les alternatives, dans la rue, et même en terrasse.

Collectif « Nous sommes Parti-e-s Pour La Décroissance »

robocop21

(1) http://www.liberation.fr/france/2015/11/29/cop-21-malgre-l-interdiction-manifestation-tendue-en-cours-place-de-la-republique-a-paris_1417000
(2) http://www.reporterre.net/La-police-a-parque-et-brutalise-des-manifestants-non-violents-a-Paris
(3) http://www.politis.fr/Des-militants-ecologistes-assignes,33193.html
(4) http://www.reporterre.net/Le-mouvement-ecologiste-nouvel
(5) http://www.bastamag.net/Il-faut-etre-clair-un-monde-a-pris-fin-il-n-y-aura-pas-de-retour-en-arriere
(6) http://www.projet-decroissance.net/?p=1920

Cette entrée a été publiée dans 1. Sociale, Actu. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *